Signatures de calligraphes

signatures calligraphes

Les calligraphes sont réputés pour leur belle écriture ! Au travers des livres qui ont traversé le temps, nous voyons passer bon nombre de signatures de calligraphes & de graveurs. Il ne faut en effet jamais oublier que la calligraphie anglaise se développe après l’invention de l’imprimerie. Les maîtres écrivains de l’époque se sont ainsi saisi de cette invention pour créer les manuels visant l’enseignement de l’Art d’écrire. Chaque planche de calligraphie était ensuite confiée à un graveur. Et pour éviter les contre-façons, on sait depuis Durer qu’il faut signer !

Traité de calligraphie en tous genres, ou Méthode infaillible pour arriver promptement à la perfection des écritures… par F. Rocquemont, 1872

Aujourd’hui, permettez-moi de vous faire découvrir ces signatures de calligraphes & de graveurs qui jalonnent les ouvrages dont nous sommes aujourd’hui les héritiers !

Les signatures du maître écrivain Rossignol & Baillieul, Glachant & Aubin

Entrons dans l’univers de Rossignol. Ce maître écrivain signe souvent par une simple initiale « R ». Les détails de planches qui suivent ont pour la plupart été gravées par Baillieul, certaines ont cependant été gravées par Aubin dont je vous montrerai les signatures ensuite. Cet ouvrage s’intitule Nouveau traité d’écriture , enrichi de plusieurs piéces gravées d’après le chef-d’œuvre de M. Rossignol, où l’on trouve ses démonstrations, selon les principes de M. Alais […] et a été publié à l’initative de Glachant, maître écrivain.

Signatures calligraphes : Rossignol
Les initiales Bl pour le graveur Baillieul & R pour Rossignol.
Signatures calligraphes : Rossignol
Signatures calligraphes : Rossignol
La signature de Rossignol
Signatures calligraphes : Rossignol
Signatures calligraphes : Rossignol
Ces trois signatures montrent combien le style émane de la même main, notamment dans le geste de la majeur « R » dont on sent l’aisance & l’habitude du maître écrivain de la tracer.
Les traits de plume sont par ailleurs fondée selon les mêmes principes & là-encore, on peut ressentir l’habitude gestuelle du maître, ces tracés ne témoignant pas de réflexion mais d’usage maîtrisé d’une série gestuelle qu’il a parfaitement absorbé corporellement.
Signatures calligraphes : Rossignol & baillieul, graveur
Si Rossignol signe avec l’initiale, cela n’empêche pas Baillieul de composer une signature complète.

Regardons maintenant la signature de Glachant, qui reflète à merveille son esprit de simplicité dont je parle dans cet article sur la querelle des calligraphes !

Signatures calligraphes : Glachant
Toute en sobriété, cette signature du calligraphe Glachant est d’une douceur incontestée & corrobore à son penchant pour la simplicité & la lisibilité. Ceci n’empêche pas l’écrivain de maîtrise incontestable : il n’y a qu’à regarder la régularité des deux « a » dont se compose le mot pour s’en convaincre…
Aubin, graveur
Sur la même page apparaît la signature du graveur Aubin, dans la même simplicité stylistique conférant lisibilité & sobriété à l’ensemble.

Les signatures de l’écrivain François Nicolas Bedigis & du graveur Baisiez

Découvrons les signatures de ces deux artistes dans le livre L’Art d’écrire : démontré par des principes approdondis, et développés dans toute leur étendue : [estampe, modèles d’écriture] / par M. Bedigis publié en 1768 :

bedigis françois nicolas Signatures calligraphes : Bedigis
 graveur Baisiez

Aucun doute ne subsiste dans cet ouvrage : chacun est clairement identifié par la tâche qu’il a accompli concernant le livre (« écrit par » & « gravé par »), l’un à gauche en bas de la page, et le second à doite en bas de la page, en témoignent les lignes encadrant les signatures.

Signatures calligraphes : Bedigis
Signatures calligraphes : Bedigis

Ici encore, les signatures sont apposées en bas de page. L’harmonie qui règne entre ces deux signatures, à chaque pages tracées différemment, est honorable.

Signatures calligraphes : Bedigis

Les signatures peuvent parfois s’intégrer dans un ensemble d’entrelacs extrêmement riche, se fondant dans le dessin des traits de plume.

Bedigis

Les signatures du calligraphe Paul Berthollet & du graveur Lacoste

Ces signatures sont toutes issues du livre de 1813, Cours complet d’écritures batarde, ronde, & coulée par Paul Berthollet, professeur d’ecriture à Turin disponible sur le site Gallica.bnf que je vous invite à découvrir.

Pour reconnaître la signature d’un calligraphe, la mention « script » est souvent d’une aide précieuse, parfois abrégée en « St« .

Signatures calligraphes : Berthollet
 Paul Berthollet
 Berthollet
Signatures calligraphes : Berthollet
Berthollet
Signatures calligraphes : graveur lacoste

Lorsqu’il s’agit de la signature du graveur, la mention « Sculpt » nous permet de nous assurer de sa fonction.

On constate que dans cet ouvrage, les deux hommes ont choisi de tracer des signatures différentes, afin d’illustrer leur talent dans les métiers qu’ils exercent l’un et l’autre. Souvent encerclée d’ornements appelés « Traits de plume », les deux signatures sont composées en harmonie et viennent équilibrer les bas de planche. Un vrai délice de virtuosité !

Voici quelques unes des signatures de calligraphes & de graveurs du passé qui ont su retenir mon attention & mon admiration. J’ose espérer que cela vous donnera des idées pour parfaire vos signatures lorsque le livreur de la grande enseigne numérique sonnera prochainement à votre porte & vous demandera, PROGRES oblige, de signer avec votre doigt sur un écran de 10 cm2… Une chose est sûre, lorsque les outils changent, les gestes aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.