Vous avez dit « Anglaise » ?

Anglaise posée
Album graphique, recueil d'alphabets français, étrangers et ornés, couronnes, armes, supports, chiffres entrelacés et ornés, Jules Girault, 1867

Qui est-elle donc, cette calligraphie « Anglaise » réputée indomptable ? Un brin de nostalgie nous prend dès qu’elle surgit sous nos yeux, car elle est bien l’ancêtre élégante de l’écriture qui nous a été enseignée à l’école primaire. Ce n’est pas tout à fait une inconnue, même si bien entendu, notre écriture manuscrite s’est souvent émancipée de ces modèles enseignés lorsque nous avions à peine 7 ans.

Saisir les spécificités de l'anglaise
Une page où j’essayais de saisir les spécificités de l’Anglaise à mes débuts.

Lorsque j’ai commencé la calligraphie sérieusement, j’ai papillonné dans tous les sens avant de me décider à travailler la calligraphie Anglaise corps & âme. Je voyais partout des messages terrifiants, proclamant les difficultés de cette calligraphie pourtant si élégante & envoutante à mes yeux. Alors j’ai erré pendant quelques mois dans la Caroline, réputée pour être plus simple, en passant par l’Onciale, elle aussi conseillée aux débutants. J’ai par la suite embrassé de plein coeur la Ronde, qui me rapprochait de celle dont je rêvais secrètement. Toutes ces écritures impliquant l’usage de plumes biseautées, j’ai fini par me lancer dans l’Anglaise, me disant que de toute façon, le temps me dirait si je faisais le bon choix. S’agissant de plumes pointues, il fallait de toute façon saisir une nouvelle gestuelle et repousser cet apprentissage n’était surement pas plus sage que de plonger dès à présent !

Bien entendu, ce que j’aime particulièrement lorsque je me lance dans une nouvelle pratique, c’est plonger dans son histoire. Alors permettez-moi de vous faire un petit compte-rendu des recherches menées par Claude Médiavilla au sujet de cette écriture dont vous pouvez retrouver l’intégralité du contenu dans son ouvrage Calligraphie, publié par les Editions Imprimerie Nationale en 1993.

D’où vient la calligraphie Anglaise ?

Dans son introduction à la calligraphie Anglaise, l’auteur rappelle combien celle-ci fut boudée par nos voisins britanniques, la qualifiant de « mièvre », « banale », ou encore « d’insipide » et « sans personnalité ». Au contraire, elle a toujours su ravir les regards français qui ont su lui donner une place de choix dans le domaine de l’écriture. Une invention, l’Anglaise ? Plutôt une adaptation progressive découlant du modèle de la bâtarde italienne, nous explique Médiavilla (p. 237).

Lucas Materot, Les Oeuvres, 1608
Lucas Materot, Les Oeuvres, 1608

Nous offrant un véritable arbre généalogique, l’auteur nous explique qu’il a pu retrouver un modèle de « lettre bastarde » du scribe de la Chancellerie papale d’Avignon, Lucas Materot (image ci-dessus). Cette écriture tracée à la plume d’oie lui apparaît nouvelle et contrastant fortement avec les autres modèles par sa simplicité & ses hastes longues. Il voit ainsi des similitudes entre ce modèle de Materot & les copies réalisées par John Ayres (qui est l’auteur de l’ouvrage A Tutor to Penmanship de 1698) et Charles Snell (bien connu pour son recueil The Penman’s treasury open’d de 1694). Ces deux calligraphes joueront un rôle essentiel dans le dessin de l’anglaise classique, et permettront d’en préciser le style. Peu à peu, les gouttes noires situées au niveau des hastes vont disparaître au profit d’une écriture plus rapide.

Edward Cocker, The Pen's Transcendencie, 1657
Edward Cocker, The Pen’s Transcendencie, 1657

Edward Cocker (1631 – 1676) est un maître d’écriture, graveur & calligraphe hors pair. Il a publié une vingtaine d’ouvrages dont des planches aux arabesques absolument exceptionnelles dans The Pen’s Transcendencie, 1657.

La révolution industrielle va permettre à l’Angleterre de rayonner sur toute l’Europe. Une frénésie d’invention & de brevets s’opère sur le territoire et s’exporte par une flotte marchande triomphante.

« Toute l’Europe admire la technologie anglaise, importe ses machines, ses procédés, ses plumes métalliques et son écriture. Au terme du XVIIIème siècle, l’anglaise se répand dans tous les pays sous diverses appellations : letra inglesa en Espagne et lettera inglese en Italie. Elle s’est si bien implantée que les fondateurs en exécutent de nombreuses versions pour la typographie ».

Calligraphie, Claude Médiavilla, Editions Imprimerie Nationale, 1993, p. 246

Evolution de la calligraphie anglaise

Vers 1800, comme énoncé plus haut, les gouttes noires sont tombées en désuétude. Joseph Carstairs va cependant remettre les arabesques au goût du jour et exercera une influence importante en France comme aux Etats-Unis notamment par le biais de Benjamin Foster qui diffusera la méthode de Carstairs sur le continent nord-américain. Lorsque l’on s’intéresse à l’Anglaise, on rencontre fréquemment une écriture qui lui est proche : la Spencerian Script (le style « Spencer »). Cette méthode créée par Platt Rogers Spencer est fortement inspirée de celles de Carstairs & Foster. Ecriture expédiée, c’est sur le mouvement naturel du bras que se fonde cette méthode dont voici un exemple tiré d’un manuel publié par ses fils en 1879 :

New spencerian Compendium of Penmanship
New Spencerian Compendium Of Penmanship, 1879 (consultable en ligne : https://archive.org/details/new-spencerian-compendium-of-penmanship-high-resolution/mode/1up).

Démocratisation de l’Anglaise

C’est à partir de la fin du XIXème siècle que l’Anglaise va être enseignée au-delà des écoles de jeunes filles & se démocratise dans l’enseignement de l’école primaire. Même si bien entendu, cette démocratisation l’a profondément transformée – il fallait bien en simplifier les lignes pour que tout un chacun puisse se l’approprier rapidement ! L’Anglaise garde de nos jours une place d’exception dans le coeur des Français, symbole d’élégance & de qualité, on la trouve sur de nombreux supports. Je pense qu’au-delà de la calligraphie elle-même, c’est son association aux arabesques qui la rend si fascinante. Les entrelacs dont sont à même de faire preuve les calligraphes de l’Anglaise sont vertigineux et envoutants, c’est ça, la magie de l’Anglaise !

Si vous souhaitez découvrir mes réalisations utilisant la calligraphie anglaise, c’est par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.